Roman Krznaric
1,576,150 views • 7:01

Il est temps pour l'humanité de reconnaître une vérité dérangeante : nous avons colonisé le futur. Dans les pays riches surtout, nous le traitons comme un avant-poste colonial où nous pouvons déverser les dommages écologiques et les risques technologiques comme s'il n'y avait personne.

Le drame est que les générations futures ne sont pas là pour contester ce pillage de leur héritage. Elles ne peuvent pas manifester comme les suffragettes, ni faire un sit-in comme les militants des sixties, ni marcher pour défier l'oppresseur colonial comme Gandhi. Elles n'ont aucun droit politique ni aucune représentation, elles n'ont aucune influence économique. La majorité silencieuse des générations futures est rendue impuissante.

Il pourrait être difficile de saisir l'ampleur de cette injustice, alors regardons-le ainsi : il y a 7,7 milliards de personnes vivantes aujourd'hui. Ce n'est qu'une infime fraction des 100 milliards de personnes qui ont vécu au cours des 50 000 dernières années. Mais ces chiffres sont largement dépassés par les 7 000 milliards de personnes qui naîtront au cours des prochaines 50 000 années si les taux de natalité actuels se stabilisent. Rien que d'ici 200 ans, des dizaines de milliards de personnes vont naître, parmi lesquelles tous vos petits-enfants et leurs petits-enfants, ainsi que les amis et les communautés dont ils dépendront. Comment ces générations futures nous jugeront-elles, nous et l'héritage que nous leur léguerons ?

Il est clair que nous avons reçu un héritage extraordinaire de nos ancêtres : la révolution agricole, les découvertes médicales et des villes où nous vivons. Mais nous avons également reçu des héritages destructeurs : l'esclavage, le colonialisme et le racisme qui ont créé de profondes inégalités qu'il faut maintenant réparer ; une économie structurellement dépendante des combustibles fossiles et d'une croissance sans fin qu'il faut maintenant transformer. Comment devenir les ancêtres bons que les générations futures méritent ?

Depuis dix ans, un mouvement mondial a commencé à émerger de personnes engagées à décoloniser l'avenir et à étendre nos horizons temporels vers un présent durable. Ce mouvement est encore fragmenté et n'a pas encore de nom. Je considère ses pionniers comme des rebelles du temps. On les retrouve dans le visionnaire mouvement japonais Future Design, qui vise à dépasser les cycles à court terme qui dominent la politique en s'inspirant du principe de prise de décision de la 7e génération pratiqué par de nombreuses communautés amérindiennes.

Future Design rassemble les habitants pour élaborer et discuter des plans des villes où ils vivent. La moitié du groupe ont le rôle des résidents d'aujourd'hui. L'autre moitié reçoit des robes de cérémonie et doivent s'imaginer en tant que résidents de l'année 2060. Il s'avère que les habitants de 2060 plaident systématiquement en faveur de plans beaucoup plus transformateurs, des investissements dans la santé aux mesures contre le changement climatique. Cette forme innovante d'assemblée de citoyens du futur se répand dans tout le Japon, des petites villes comme Yahaba aux grandes villes comme Kyoto. Et si ce mouvement était adopté par les villes du monde entier pour revitaliser la prise de décision démocratique et étendre leur vision bien au-delà du présent ?

Les rebelles du temps font aussi appel à la justice pour garantir les droits des personnes à naître. L'organisation Our Children's Trust a déposé une plainte historique contre le gouvernement américain au nom de 21 jeunes qui font campagne pour le droit légal à un climat sûr et à une atmosphère saine pour les générations actuelles et futures. Ce combat de David contre Goliath a déjà inspiré des procès dans le monde entier, de la Colombie au Pakistan, en passant par l'Ouganda et les Pays-Bas. Cette vague d'activisme se développe en parallèle du mouvement visant à conférer une existence juridique à la nature, du fleuve Whanganui, à Aotearoa en Nouvelle-Zélande, aux fleuves Gange et Yamuna en Inde.

Les rebelles du temps agissent aussi par les urnes. En 2019, des adolescents de toute l'Europe ont fait pression sur leurs parents et grands-parents pour qu'ils leur donnent leur voix aux élections européennes de cette année-là. Le hashtag #givethekidsyourvote est devenu viral sur les médias sociaux et a été diffusé par les militants jusqu'en Australie. Ma partenaire et moi en avons entendu parler et avons décidé de donner notre vote à nos jumeaux de 11 ans lors des élections en Grande Bretagne. Nous nous sommes réunis dans la cuisine, avons débattu des programmes des partis, puis ils nous ont dit quelle case cocher sur le bulletin de vote. Et si vous voulez savoir, ils n'ont pas reflété les opinions politiques de leurs parents.

La rébellion temporelle a donc commencé. Les rebelles se lèvent pour décoloniser l'avenir via un mouvement mondial pour la pensée à long terme et la justice intergénérationnelle qui pourrait devenir l'un des mouvements politiques les plus puissants de ce siècle. Ils nous aident à éviter les cycles à court terme où la distraction numérique et la consumérisation nous enferment, appâtés par le bouton « Acheter » et des informations en continu. Ils nous incitent à étendre notre horizon temporel de quelques secondes à des décennies voire plus.

La « bibliothèque du futur », ce projet de Katie Paterson, durera un siècle. Chaque année, un écrivain célèbre fait don d'un livre qui restera totalement inédit jusqu'en 2114. En 2114, la collection sera imprimée sur du papier fabriqué à partir d'une forêt plantée dans ce but précis. La Réserve mondiale de semences du Svalbard va encore plus loin en abritant des millions de graines dans un bunker indestructible sur le cercle polaire, bunker conçu pour durer mille ans. Mais comment pouvons-nous vraiment penser et planifier à l'échelle du millénaire ?

La réponse est peut-être le secret ultime pour être un rebelle du temps. La designer Janine Benyus, experte en biomimétisme, suggère de tirer les leçons des 3,8 milliards d'années d'évolution de la nature. Comment se fait-il que d'autres espèces aient appris à survivre et à prospérer pendant 10 000 générations ou plus ? Simplement en prenant soin de l'endroit qui prendra soin de leur progéniture, en vivant au sein de l'écosystème dans lequel elles sont intégrées, en sachant ne pas salir le nid, ce que les humains ont fait avec des effets dévastateurs à un rythme et à une échelle toujours plus grands au cours du siècle dernier.

Le point de départ pour les rebelles du temps partout dans le monde est de se concentrer non seulement sur l'allongement du temps mais aussi sur la régénération du lieu. Nous devons restaurer, réparer et prendre soin de notre maison planétaire qui prendra soin de la progéniture. Pour nos enfants et les enfants de nos enfants, et tous ceux à venir, nous devons tomber amoureux des rivières et des montagnes, des calottes glaciaires et des savanes, et renouer avec les cycles longs et nourriciers de la nature.

Devenons tous des rebelles du temps et inspirons-nous de la superbe bénédiction mohawk prononcée à la naissance d'un enfant : « Merci, Terre, tu connais le chemin. »