Gala Vilarrasa
0 views • 3:57

Bonjour, je m'appelle Gala, et aujourd'hui, je voudrais vous parler de quelque chose de très important dans ma vie. J'ai dix ans, je suis une petite fille normale comme les autres. Je suis en CM2 à l'École espagnole à Paris. Je fais de la danse classique, du flamenco et je joue de la guitare. Un jour, en voiture avec ma mère et mon frère Gabriel, on a vu un immense panneau sur une grande tour à Paris. Sur ce panneau, il y avait l'image d'un petit garçon, le visage en colère, les bras croisés, où on pouvait lire : « Un cancer à 7 ans, sérieux ? » « Sérieux, Maman ? Mais comment c'est possible, Maman ? » Et elle m'a répondu : « C'est l'injustice de la vie. Nous avons de la chance d'être en bonne santé, et nous devons soutenir la médecine pour guérir tous ces enfants. » Et puis, chaque jour que je prends le bus, je vois des gens par terre sous la pluie, le froid. Et puis chaque soir, mes parents reçoivent des courriers d'associations qui montrent des images insupportables. Vous voyez ces enfants décharnés entre la vie et la mort, à trois ans, deux ans, dix mois ? C'est une honte ! Et du plus profond de mon cœur, je ne veux plus voir ça. C'est injuste que certains aient et que d'autres non. Depuis toujours, je vois qu'il y a beaucoup d'injustices. C'est pour cela que j'ai créé une association qui permet de combattre la pauvreté et d'aider les enfants hospitalisés. Cette association s'appelle le « Trèfle rouge ». Le trèfle, c'est le bonheur et la chance pour tout le monde. Oui, tout le monde ! Et rouge, car ça me fait penser à la Croix-Rouge, qui vient toujours en aide et qui soigne. Ce que je vous demande, c'est de ne pas garder votre argent pour rien. Si vous donnez, vous aidez, et donc vous sauvez. Je ne suis pas l'Abbé Pierre, ni Coluche ou Sœur Emmanuelle, je suis Gala. Et moi, Gala, dix ans, je préfère sauver dix enfants que personne. (Applaudissements) Sœur Emmanuelle a dit quelque chose de très important pour moi : « Écouter, comprendre, pour mieux répondre aux besoins des plus démunis. Et là, tout est possible. » Moi, désormais, pour mon anniversaire, je vais demander à mes copains, ma famille, des dons pour mon association, et arrêter avec tous ces objets qui envahissent ma chambre et qui ne me rendent pas plus heureuse. Si tout le monde faisait ça, alors le monde irait beaucoup mieux. La générosité n'a pas d'âge, nous pouvons tous donner. Tous ces enfants heureux dans leur vie, je les invite à donner un petit peu, c'est cela qui donne du sens à la vie, et c'est cela qui donne du sens à ma vie. Et ne me dites pas que c'est impossible ! Merci. (Applaudissements)