Return to the talk Return to talk

Transcript

Select language

Translated by Elisabeth Buffard
Reviewed by Jean-Charles Longuet

0:11 Bonjour, Doha. Salut. Salâm'aleïkoum.

0:17 J'adore venir à Doha. C'est tellement cosmopolite. C'est comme -- c'est comme l'ONU. Vous atterrissez à l'aéroport, et vous êtes accueillis par une dame indienne qui vous emmène à Al Maha Services, où vous rencontrerez une dame philippine qui vous laisse aux mains d'une dame Sud-Africaine qui vous emmène alors à un Coréen qui vous emmène à un Pakistanais avec les bagages qui vous emmène à la voiture avec un Sri-lankais. Vous allez à l'hôtel et vous vous enregistrez. Il y a un Libanais. Si ! Et puis un Suédois m'a montré ma chambre.

0:47 J'ai demandé, « Où sont les Qataris? » (Rires) (Applaudissements)

0:53 Ils ont dit, "Non, non, il fait trop chaud. Ils sortent plus tard. Ils sont malins. » (Rires) « Ils savent ».

1:00 Et bien sûr, Doha se développe si vite, parfois avec une crise de croissance. Vous savez, comme parfois vous rencontrez des gens dont vous pensez qu'ils connaissent bien la ville, mais ils ne la connaissent pas si bien que ça. Mon chauffeur de taxi indien s'est présenté au W, et je lui ai demandé de m'emmener à l'hôtel Sheraton, et il a dit: « Pas de problème, Monsieur. » Et puis nous sommes restés là pendant deux minutes.

1:19 J'ai dit, « Quel est le problème? » Il a dit, « Un problème, Monsieur. »

1:22 J'ai dit: « Quoi ? » Il a répondu, « Où est-ce ? » (Rires)

1:26 Je lui dit, « Vous êtes le chauffeur, vous devriez savoir ». Il répond, « Non, je viens d'arriver, Monsieur. » Je dis, « Vous venez d'arriver au W ? » "Non, je viens d'arriver à Doha, Monsieur. J'étais en route depuis l'aéroport pour rentrer chez moi. J'ai trouvé un emploi. Je travaille déjà. » Il a dit, « Monsieur, pourquoi ne pas conduire, vous ? »

1:43 J'ai dit, « Je ne sais pas où nous allons. » "Moi non plus. Ce sera une aventure, Monsieur. »

1:50 C'est une aventure. Le Moyen-Orient a été une aventure ces dernières années. Le Moyen-Orient devient fou avec le printemps arabe et ses révolutions etc. Y a-t-il des libanais ici ce soir ? Vous êtes libanais ? Applaudissez ! (Applaudissements) Libanais. Oui. Le Moyen-Orient devient fou. Vous savez que le Moyen-Orient devient fou quand le Liban est l'endroit le plus paisible dans la région. (Rires) (Applaudissements) Qui l'aurait cru ? Oh mon Dieu.

2:15 Non. Il y a des problèmes graves dans la région. Certaines personnes ne veulent pas en parler. Je suis ici pour en parler ce soir. Mesdames et Messieurs du Moyen-Orient, voici un problème grave. Quand on se voit, quand nous disons Bonjour, combien de bises allons-nous faire ? Chaque pays est différent et c'est source de confusion, vous voyez ? Au Liban, ils en font trois. En Egypte, ils en font deux. J'étais au Liban, je me suis habitué à trois. Je suis allé en Égypte. Je suis allé dire Bonjour à cet Egyptien, Je suis allé, un, deux. J'étais parti pour trois. Lui n'était pas partant. (Rires) Je lui ai dit, j'ai dit: « Non, non, non, je viens juste du Liban. » Il a dit , "Ça m'est égal où vous étiez. Restez-y, s'il vous plaît. Restez-y. » Je suis allé en Arabie Saoudite. En Arabie Saoudite, ils font une, deux, et puis, ils restent sur le même côté--trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18. (Rires) La prochaine fois que vous voyez un Saoudien, regardez de près. Ils sont un peu inclinés.

3:18 "Abdul, ça va ?" "Oui, je disais Bonjour pendant une demi-heure. Ça va aller. »

3:23 Vous les Qatariens, vous le faites nez à nez. Pourquoi ? Vous êtes trop fatigué pour faire le tour ?

3:31 "Habibi, il fait tellement chaud. Viens ici une seconde. Dis Bonjour. Bonjour, Habibi. Ne bouge pas. Reste là s'il te plaît. J'ai besoin de repos."

3:40 Tous les pays — les Iraniens, parfois on en fait deux, parfois on en fait trois. Un ami à moi m'a expliqué, avant la révolution de 79, c'était deux. Après la révolution, trois. Avec les Iraniens, vous pouvez savoir de quel côté est la personne en fonction du nombre de bises qu'ils vous font. Oui, si vous faites un, deux, trois -- "je ne peux croire que vous soutenez ce régime avec vos trois bises."

4:04 Mais non, les gars, vraiment, c'est excitant d'être ici, et comme je l'ai dit, vous faites beaucoup sur le plan culturel, vous savez, c'est incroyable et ça permet de changer l'image du Moyen Orient en Occident. Comme beaucoup d'Américains ne pas savent pas grand-chose à propos de nous, du Moyen Orient. Je suis Iranien et Américain. Je suis là. Je sais, j'ai voyagé ici. Il y a tellement de choses dont nous rions, pas vrai ? Les gens ne savent pas que nous rions. Quand j'ai fait la tournée de comédie l'Axe du Mal, c'est passé sur Comedy Central, je suis allé sur Internet pour voir ce que les gens disaient. J'ai fini sur un site Internet conservateur. Un type a écrit à un autre. Il a dit: « Je n'aurais jamais cru que ces gens riaient. » Pensez-y. On ne nous voit jamais rire dans les films ou à la télévision américains, pas vrai ? Peut-être comme un méchant --comme, "Mouahahaha, mouahahaha. (Rires) Je vais te tuer au nom d'Allah, mouahahahahaha. » Mais jamais comme, "ha ha ha ha ha ha ha ha ha."

4:51 Nous aimons rire. Nous voulons célébrer la vie. Et je souhaiterais que plus d'Américains viennent ici. J'encourage toujours mes amis : Voyagez, visitez le Moyen Orient, il y a tellement de choses à voir, tant des gens bien. Et c'est réciproque, et ça évite les problèmes d'incompréhension et de stéréotypes.

5:06 Par exemple, je ne sais pas si vous en entendu parler, il ya a quelques temps aux États-Unis, une famille musulmane marchait dans l'allée d'un avion en parlant de l'endroit le plus sûr où s'asseoir dans l'avion. Certains passagers les ont entendus, ont mal interprété ça comme des propos terroristes et les ont fait expulser de l'avion. C'était une famille, une mère, un père, un enfant, qui marchaient dans l'allée, en parlant de places.En tant que mâle moyen-oriental, je sais qu'il y a certaines choses qu'il faut éviter de dire en avion aux États-Unis, vous voyez ? Je ne suis pas censé marcher dans l'allée, et dire, « Hi, Jack ». [NdT hijack= détournement] Vous savez, ce n'est pas cool. Même si je suis là avec mon ami nommé Jack, je dis, « Bonjour, Jack. Salutations, Jack. » Jamais « Hi, Jack. » (Rires) Mais maintenant apparemment on ne peut même pas parler de l'endroit le plus sûr où s'asseoir dans un avion.

5:51 Donc mon conseil à tous mes amis du Moyen-Orient et mes amis musulmans et quiconque a une apparence moyen-orientale ou musulmane, donc, les Indiens et les Latinos, tout le monde, si vous êtes brun-- voici mon conseil à mes amis de bruns. La prochaine fois que vous serez dans un avion aux États-Unis, parlez dans votre langue maternelle. De cette façon, personne ne sait ce que vous dites. La vie continue. Certes, certaines langues maternelles sonnent un peu menaçantes pour l'Américain moyen. Si vous marchez dans l'allée en parlant arabe, vous pouvez les faire flipper, si vous marchez « [arabe] » ils pourraient dire, « De quoi parle-t-il ? » La clef, mes frères et soeurs Arabes, est de lancer au hasard quelques jolis mots pour mettre les gens à l'aise quand vous marchez dans l'allée. Pendant que vous marchez : "[imite l'arabe]-- fraise !" (Rires) "[imite l'arabe] -- Arc-en-ciel !" "[imite l'arabe] -- Tutti Frutti! »

6:51 « Je pense qu'il va détourner l'avion avec une crème glacée. »

6:54 Merci beaucoup. Bonne nuit. Merci TED. (Bravo) (Applaudissements)