Return to the talk Return to talk

Transcript

Select language

Translated by Meryl Ducray

0:13 Serveuse : Comment puis-je vous aider, monsieur ?

0:18 Client : Hum, voyons.

0:21 Serveuse : Nous avons des erreurs de registre saisies à la poêle saupoudrées des meilleures données corrompues, de la brioche binaire, des sandwiches RAM, des beignets de vers Conficker et une salade de scripts avec ou sans sauce polymorphique, et un kebab de code grillé.

0:37 Client : Je prendrai le sandwich RAM et un verre de votre meilleur Code 39.

0:43 Serveuse : Est-ce que vous prendrez un dessert, monsieur ? Notre spécial est le cookie traqueur.

0:48 Client : Je prendrai une fournée de cookies traqueurs zombies, merci.

0:51 Serveuse : Ça arrive de suite, monsieur. Vos plats seront servis très vite.

0:56 (Applaudissements)

1:03 Maya Penn : Je dessine depuis que je peux tenir un crayon. Et je fais des dessins animés depuis que j'ai 3 ans. A cet âge, j'ai aussi appris ce qu'était un animateur. Il y avait un programme à la télé sur les métiers que la plupart des enfants ne connaissent pas. Quand j'ai compris qu'un animateur fait les dessins animés que je vois à la télé, j'ai immédiatement pensé : « C'est ça que je veux faire dans la vie » Je ne sais pas si je l'ai pensé ou si je l'ai dit à voix haute, mais ça a été un grand moment déterminant dans ma vie.

1:31 L'animation et l'art ont toujours été mes premières passions. C'était mon amour de la technologie qui a déclenché l'idée du dessin animé « Plats Malveillants ». Il y avait un virus sur mon ordinateur, j'essayais de l'enlever et tout d'un coup, j'ai pensé : « Et si les virus avaient leur propre petit monde à l'intérieur de l'ordinateur ? Peut-être un restaurant où ils peuvent se rencontrer et faire des trucs de virus ? » Et ainsi, « Plats Malveillants » est né.

1:55 A 4 ans, mon père m'a montré comment démonter un ordinateur et le remonter ensuite. Ça a commencé mon amour pour la technologie. J'ai construit mon premier site internet moi-même en HTML, et j'apprends le JavaScript et le Python.

2:08 Je travaille aussi sur des séries de dessins animés appelées « Les Pollinisateurs ». Ça parle des abeilles et autres pollinisateurs de notre environnement et pourquoi ils sont importants. Si les plantes ne sont pas pollinisées par des pollinisateurs alors toutes les créatures, y compris nous, qui dépendent de ces plantes, allons mourir de faim. Donc j'ai décidé de prendre ces super créatures et d'en faire une équipe de superhéros. (Applaudissements) (Bruit de pas lourd) (Musique) (Rugissement) Pollinisateur : Déforestosaurus ! J'aurais dû m'en douter ! Il faut que j'appelle le reste des Pollinisateurs ! (Musique)

3:06 Merci. (Applaudissements)

3:08 Tous mes dessins animés commencent par des idées, mais que sont les idées ? Les idées peuvent déclencher un mouvement. Les idées sont des opportunités et des innovations. Les idées sont vraiment ce qui fait que le monde continue de tourner. Si ce n'était pour les idées, nous ne serions pas où nous en sommes en matière de technologie, médecine, art, culture et de comment nous vivons nos vies. A 8 ans, j'ai pris mes idées et j'ai monté ma propre entrerpise appelée 'Les Idées de Maya', et une entreprise à but non lucratif, 'Les Idées de Maya pour la Planète'. (Rires) Je fais des vêtements et accessoires bons pour l'environnement. J'ai maintenant 13 ans et bien que j'ai créé mon entreprise en 2008, mon voyage artistique a commencé bien avant cela. J'ai été énormément influencée par l'art et je voulais l'incorporer dans tout ce que je faisais, même mon entreprise. Je trouvais différents tissus à la maison, et je disais : « Ça pourrait être une écharpe ou un chapeau » et j'avais toutes ces idées pour des conceptions. J'ai remarqué que quand je portais mes créations, les gens m'arrêtaient et disaient : « Woa, c'est très mignon. Où est-ce que je peux en trouver ? » Et j'ai pensé, je peux monter ma propre entreprise.

4:15 Mais je n'avais pas de business plan à 8 ans seulement. Je savais juste que je voulais faire de jolies créations qui seraient bonnes pour l'environnement et je voulais rendre aux autres. Ma mère m'a appris à coudre, et derrière la maison, je m'asseyais et je faisais des petits bandeaux avec des rubans, et j'écrivais les noms et les prix sur chacun des articles. J'ai commencé à faire plus d'objets comme des chapeaux, des écharpes et des sacs. Rapidement, mes objets ont commencé à se vendre partout à travers le monde et j'avais des clients au Danemark, en Italie, en Australie, au Canada et bien plus.

4:44 Mais j'avais beaucoup à apprendre de mon entreprise comme les stratégies de marque et marketing, rester en contact avec mes clients et regarder ce qui se vendait le plus et le moins. Très vite, mon entreprise a vraiment commencé à décoller. Et un jour, le magazine Forbes m'a contactée quand j'avais 10 ans. (Rires) Ils voulaient faire un article de moi et mon entreprise.

5:07 Maintenant beaucoup de gens me demandent : « Pourquoi est-ce que ta compagnie est bonne pour l'environnement ? » J'ai une passion pour la protection de l'environnement et de ces créatures depuis que je suis toute petite. Mes parents m'ont appris très jeune à rendre aux autres et être attentive à l'environnement. J'ai appris que les teintures de certains vêtements ou le procédé de création-même de ces objets étaient nocifs pour les gens et la planète, donc j'ai commencé à faire mes propres recherches, et j'ai découvert que même après que la coloration soit complète, il y a un résidu créé qui a un impact négatif sur l'environnement. Par exemple, le broyage des matériaux ou le déversement de matériaux à poudre sèche. Ces actions peuvent polluer l'air, le rendre toxique pour quiconque le respire. Donc quand j'ai monté mon entreprise, je savais deux choses : tous mes articles devaient être bons pour l'environnement, et 10 à 20 pour cent des profits que je faisais iraient à des associations locales ou mondiales et organisations environnementales. (Applaudissements) J'ai l'impression de faire partie de la nouvelle vague d'entrepreneurs qui, non seulement, cherche à avoir une entreprise prospère, mais aussi un avenir durable. J'ai l'impression que je peux répondre aux besoins de mes clients sans compromettre la possibilité des générations futures à vivre dans un avenir plus vert.

6:18 Nous vivons dans un grand monde divers et beau et ça me rend encore plus pasionnée pour le sauver. Mais ce n'est jamais assez de comprendre uniquement dans vos têtes les choses qui arrivent dans le monde. Il faut le comprendre dans vos coeurs, parce que quand vous le comprenez dans vos coeurs, c'est quand les mouvements se déclenchent. C'est quand les opportunitées et innovations sont créées, et c'est pourquoi les idées prennent vie.

6:40 Merci. Paix et bénédictions.

6:45 (Applaudissements)

6:50 Merci (Applaudissements)

6:53 Pat Mitchell : Donc vous avez entendu Maya vous parlez des parents formidables qui sont derrière cette incroyable jeune fille. Où sont-ils ? S'il vous plait, Mr et Mme Penn. (Applaudissements)