Return to the talk Return to talk

Transcript

Select language

Translated by Sixtine Bigot
Reviewed by Morgane Quilfen

0:11 L'ordinateur est un moyen incroyablement puissant d'expression créative mais pour la majeure partie cette expression se limite aux écrans de nos ordinateurs et téléphones portables. Et j'aimerais vous raconter une histoire sur comment amener ce pouvoir hors de l'ordinateur pour faire bouger des choses et interagir avec nous hors de l'écran et dans le monde physique dans lequel on vit.

0:32 Il y a quelques années, j'ai eu un appel d'un magasin de luxe appelé Barneys New York et tout d'un coup voilà que j'étais en train de concevoir des sculptures cinétiques pour les vitrines de leurs devantures.

0:42 Celui-ci s'appelle « La Poursuite ». Il y a deux paires de chaussures, celle d'un homme et celle d'une femme, et elles jouent cette poursuite lente et tendue dans toute la vitrine dans laquelle l'homme arrive derrière la femme et se met dans son espace personnel, et ensuite elle s'éloigne. Chacune des chaussures a des aimants à l'intérieur, et il y a des aimants en-dessous de la table qui font bouger les chaussures.

1:02 Mon ami Andy Cavatorta construisait une harpe robotique pour la tournée Biophilia de Bjork et j'ai fini par construire l'électronique et le logiciel de contrôle du mouvement pour faire bouger et jouer la harpe. La harpe a quatre balanciers séparés, et chaque balancier a 11 cordes, donc la harpe se balance selon son axe et fait une rotation pour jouer plusieurs notes de musique et les harpes sont toutes en réseau pour qu'elles puissent jouer les bonnes notes au bon moment de la musique.

1:30 J'ai bâti une exposition de chimie au Musée des Sciences et de l'Industrie à Chicago, et cette exposition permet aux personnes d'utiliser des objets physiques pour attraper des éléments chimiques hors de la table périodique et les amener ensemble pour causer des réactions chimiques. Le musée a remarqué que les personnes passaient beaucoup de temps à cette exposition et un chercheur d'un centre d'éducation scientifique en Australie a décidé d'étudier cette exposition pour essayer de comprendre ce qui était en train de se passer. Elle a trouvé que les objets physiques que les personnes utilisaient aidaient pour comprendre comment utiliser l'exposition, et aidaient les personnes à apprendre d'une manière sociale.

2:05 En y réfléchissant, cela a beaucoup de sens, qu'utiliser des objets physiques spécialisés aide les personnes à utiliser plus facilement une interface. Je veux dire que nos mains et nos esprits sont optimisés pour réfléchir et interagir avec des objets tangibles. Pensez à ce que vous considérez le plus facile à utiliser un clavier physique ou sur un écran comme sur un portable ?

2:26 Mais ce qui m'a frappé à propos de tous ces différents projets est qu'ils sont vraiment construits en partant de zéro, au niveau de l'électronique et les circuits imprimés et tous les mécanismes jusqu'au logiciel. Je voulais créer quelque chose où l'on pouvait bouger des objets sous contrôle de l'ordinateur et créer des interactions autour de cette idée sans avoir à parcourir ce processus de construire quelque chose en partant de zéro à chaque fois.

2:50 Donc ma première tentative était au Media Lab du MIT avec le professeur Hiroshi Ishii, et on a construit cet ensemble de 512 électro-aimants différents, et ensemble ils pouvaient faire bouger les objets à leur surface. Mais le problème avec cela était que ces aimants coûtent plus de 10 000 dollars. Même si chacun était plutôt petit, ensemble ils pesaient tellement que la table sur laquelle ils étaient a commencé à s'affaisser. Donc je voulais construire quelque chose où l'on pouvait avoir cette sorte d'interaction sur n'importe quelle table.

3:20 Alors pour explorer cette idée, j'ai construit une armée de petits robots, et chacun de ces robots avait ce que l'on appelle des roues omni. Ce sont ces roues spéciales qui peuvent bouger aussi facilement dans toutes les directions, et quand vous couplez ces robots avec un projecteur vidéo, vous avez ces outils physiques pour interagir avec de l'information digitale. Donc voilà un exemple de ce que je veux dire. Ceci est une application d'édition de vidéos où tous les contrôles pour manipuler la vidéo sont physiques. Donc si l'on veut peaufiner la couleur, on entre juste le mode de couleur, et ensuite on a trois boutons différents pour peaufiner la couleur, ou si l'on veut ajuster le son, alors on a deux boutons différents pour ça, ces objets physiques. Donc ici les canaux de gauche et droite restent synchronisés mais si l'on veut, on peut passer outre cela en saisissant les deux en même temps. Donc l'idée est que l'on obtient les avantages de vitesse et d'efficacité par l'utilisation de ces boutons physiques ensemble avec la flexibilité et la versatilité d'un système qui est conçu en logiciel.

4:18 Et ceci est une application de cartographie pour la réponse aux catastrophes. Donc il y a ces objets physiques qui représentent la police, les pompiers et secours, et le répartiteur peut les saisir et les placer sur une carte pour dire à ces unités où aller, et ensuite la position des unités sur la carte est synchronisée avec leur position dans le vrai monde.

4:39 C'est une application de vidéo chat. C'est fou combien d'émotions on peut transmettre avec juste quelques simples mouvements d'un objet physique.

4:47 Avec cette interface, on ouvre un immense champ de possibilités entre les jeux de société traditionnels et les jeux d'arcade, où les possibilités physiques de l'interaction rendent possibles pleins de différents styles de jeu.

4:59 Mais un des domaines par lequel je suis le plus excité concernant l'utilisation de cette plate-forme est de l'appliquer aux problèmes qui sont difficiles à résoudre pour les ordinateurs ou personnes seules. Un exemple de cela est le pliage de protéine. Donc ici on a une interface où l'on a des poignées physiques sur une protéine et on peut prendre ces poignées et essayer de bouger la protéine, essayer de la plier de différentes manières. Et si on la bouge d'une façon qui n'a pas de sens avec la simulation moléculaire sous-jacente, on a cette réaction physique où l'on peut vraiment sentir ces poignées physiques qui tirent contre nous. Donc sentir ce qui est en train de se passer dans une simulation moléculaire est un tout autre niveau d'interaction.

5:38 Donc on est juste en train de commencer à explorer ce qui possible quand on utilise des logiciels pour contrôler le mouvement des objets dans notre environnement. Peut-être qu'il s'agit de l'ordinateur du futur. Il n'y a pas d'écran tactile. Il n'y a pas du tout de technologie visible. Mais quand on veut faire un chat vidéo ou jouer ou regarder nos diapos pour notre prochain TED Talk, les objets sur la table prennent vie.

6:02 Merci

6:04 (Applaudissements)