Return to the talk Return to talk

Transcript

Select language

Translated by Elisabeth Buffard
Reviewed by Arthur Mayrand

0:11 Il était une fois, nous vivions dans une économie de croissance financière et de prospérité. C'est ce qu'on appelait la Grande Modération, la croyance erronée qu'avaient la plupart des économistes, des décideurs et des banques centrales que nous étions devenus un nouveau monde de croissance et de prospérité sans fin. C'était avéré par la croissance robuste et stable du PIB, par une inflation faible et contrôlée, par un faible taux de chômage, et une volatilité financière contrôlée et faible.

0:51 Mais la Grande Récession en 2007 et 2008, le grand krach, a brisé cette illusion. Quelques 100 milliards de dollars de pertes dans le secteur financier se sont transformées en 5 000 milliards de dollars de pertes dans le PIB mondial et presque 30 000 milliards de pertes dans le marché boursier mondial.

1:20 On a interprété cette grande récession comme une surprise totale, arrivée à l'improviste, comme si c'était la colère des dieux. Personne n'était responsable. Alors, après avoir réfléchi, nous avons créé l'Observatoire des crises financières. Nous avions pour objectif de diagnostiquer en temps réel les bulles financières et d'identifier à l'avance leur moment critique.

1:54 Quel est le fondement, scientifique, de cet Observatoire financier ? Nous avons développé une théorie appelée « rois-dragons ». Les rois-dragons représentent les événements extrêmes qui sont d'une classe à part. Ils sont spéciaux. Ce sont des valeurs aberrantes. Ils sont générés par des mécanismes spécifiques qui peuvent les rendre prévisibles, peut-être contrôlables.

2:21 Considérons la série chronologique des prix financiers, une action donnée, l'action parfaite, ou un indice mondial. Vous avez ces hauts et ces bas. Une très bonne mesure du risque de ce marché financier, ce sont les écarts qui représentent le scénario du pire quand vous avez acheté sur une crête et vendu sur un creux. Vous pouvez consulter les statistiques, la fréquence de l'occurrence des écarts de différentes tailles, qui est représenté dans ce graphique. Ce qui est intéressant, c'est que 99 % des écarts d'amplitudes différentes peut être représenté par une loi de puissance universelle représentée par cette ligne rouge ici. Plus intéressant encore, il y a des valeurs aberrantes, il existe des exceptions qui sont au-dessus de cette ligne rouge, qui sont 100 fois plus fréquentes, au moins, que l'extrapolation ne les prédirait d'après l'étalonnage des 99 % d'écarts restants. Ils sont dus aux dépendances incisives telle qu'une perte est suivie d'une perte qui est suivie d'une perte qui est suivie d'une perte. Ces types de dépendances sont en grande partie laissés de côté par les outils de gestion des risques standards, qui les ignorent et voient des lézards quand ils devraient voir des rois-dragons Le mécanisme racine d'un roi-dragon est une lente maturation vers l'instabilité, qui est la bulle, et le point culminant de la bulle est souvent le krach. C'est similaire à l'échauffement lent de l'eau dans ce tube à essai pour atteindre le point d'ébullition, où l'instabilité de l'eau se produit et vous avez la transition vers la vapeur. Et ce processus, qui n'est absolument pas linéaire, et ne peut être prédit par les techniques habituelles, est le reflet d'un comportement émergent collectif qui est fondamentalement endogène. Si on doit trouver la cause du krach, la cause de la crise, dans une instabilité interne du système, et toute perturbation minuscule déclenchera cette instabilité.

4:41 Il a pu venir à l'esprit de certains d'entre vous que ce n'est pas lié au concept de cygne noir dont vous avez souvent entendu parler ? Rappelez-vous, le cygne noir est cet oiseau rare que vous voyez une fois et qui d'un coup fait voler en éclat votre conviction que tous les cygnes devraient être blancs, ce qui a saisi l'idée d'imprévisibilité, de non-connaissance, que les événements extrêmes sont fondamentalement inconnaissables. Rien ne peut être plus éloigné du concept de roi-dragon que je propose, qui est exactement le contraire, que les événements les plus extrêmes sont en réalité connaissables et prévisibles. Donc on peut être avoir le pouvoir, assumer la responsabilité et faire des prédictions à leur sujet. Observons mon roi-dragon brûler ce concept de cygne noir.

5:26 (Rires)

5:28 Il y a de nombreux signaux d'alerte précoces qui sont prédits par cette théorie. Je voudrais juste m'attarder sur l'un d'eux : la croissance super-exponentielle avec des retours positifs. Qu'est-ce que ça signifie ? Imaginez que vous avez un investissement qui rapporte la première année 5%, la deuxième année 10 %, la troisième année 20 % l'année suivante 40 %. N'est-ce pas merveilleux ? Il s'agit d'une croissance super-exponentielle. Une croissance exponentielle standard correspond à un taux de croissance constant, disons, de 10 %. Le fait est que, souvent au cours de bulles, il y a des retours positifs qui peuvent revenir plusieurs fois, tels que les croissances précédentes améliorent, poussent vers l'avant, augmentent la croissance suivante grâce à ce type de croissance super-exponentielle, qui est très tranchante, non durable. Et l'idée maîtresse est que la solution mathématique de cette classe de modèles présente des singularités de temps fini, ce qui signifie qu'il y a un moment critique où le système sera en panne, changera de régime. Ça peut être un krach. Ça peut être seulement un plateau, quelque chose d'autre. Et l'idée maîtresse est que le moment critique, les informations sur le moment critique sont contenues au début du développement de cette croissance super-exponentielle.

6:46 Nous avons appliqué cette théorie dès le départ, c'était notre premier succès, pour le diagnostic de la rupture des éléments clés sur la fusée de fer. À l'aide d'émission acoustique, vous savez, ce petit bruit que vous entendez une structure émettre, chanter pour vous quand elles sont stressés et révèlent les dégâts en cours, il y a un phénomène collectif de retour positif, le plus de dégâts donne le plus de dégâts, alors vous pouvez réellement prédire, dans les limites, bien sûr, d'une bande de probabilité, quand la rupture se produira. Donc, ça a maintenant tellement de succès qu'on s'en sert dans la phase initiale de [pas clair] de vol.

7:23 Peut-être plus surprenant, le même type de théorie s'applique à la biologie et la médecine, la parturition, l'accouchement, les crises d'épilepsie. À partir de sept mois de grossesse, une mère commence à sentir des contractions épisodiques de l'utérus qui sont le signe de ces maturations vers l'instabilité, donnant naissance à l'enfant, le roi-dragon. Donc, si vous mesurez le signal précurseur, en fait, vous pouvez identifier les problèmes pré- et post- maturité à l'avance. Les crises épileptiques sont aussi de tailles très diverses et quand le cerveau va vers un état supercritique, vous avez rois-dragons, qui ont un degré de prédictabilité et ça peut aider le patient à faire face à cette maladie. Nous avons appliqué cette théorie à de nombreux systèmes, les glissements de terrain, l'effondrement d'un glacier, même à la dynamique de la prédiction de la réussite : les grosses productions, les vidéos YouTube, films et ainsi de suite. Mais peut-être que l'application la plus importante est dans la finance et cette théorie éclaire, je crois, la raison profonde de la crise financière que nous avons traversée. C'est enraciné dans les 30 ans d'histoire de bulles, à partir de 1980, avec la bulle mondiale qui éclate en 1987, suivie de nombreuses autres bulles. La plus grande était la bulle internet de la « nouvelle économie » en 2000, qui a éclaté en 2000, les bulles immobilières dans de nombreux pays, des bulles financières dérivées partout, des bulles de marché boursier également partout, des bulles sur des produits de base et toutes les bulles de dettes et crédits -- des bulles, des bulles, des bulles.

9:13 Nous avions une bulle mondiale. C'est une mesure de surévaluation mondiale de tous les marchés, en exprimant ce que j'appelle l'illusion d'une machine à fric perpétuelle qui a éclaté tout d'un coup en 2007.

9:31 Le problème est que nous voyons le même processus, en particulier à travers un assouplissement quantitatif, d'une idée d'une machine à fric perpétuelle de nos jours pour lutter contre la crise depuis 2008 aux États-Unis, en Europe, au Japon. Cela a des implications très importantes pour comprendre l'échec de l'assouplissement quantitatif ainsi que des mesures d'austérité tant que nous ne nous attaquons pas au cœur de la cause structurelle de cette idée de machine à fric perpétuelle.

10:04 Ce sont de grandes revendications. Pourquoi me croiriez-vous ? Eh bien, peut-être parce que, au cours des 15 dernières années nous sommes sortis de notre tour d'Ivoire, et avons commencé à publier ex ante-- et j'insiste sur le terme ex ante, il signifie « à l'avance » — avant que le krach n'ait confirmé l'existence de la bulle ou des excès financiers. Voici quelques-unes des grandes bulles que nous avons traversées dans l'histoire récente. Encore une fois, de nombreuses histoires intéressantes pour chacune d'elles. Laissez-moi vous raconter juste une ou deux histoires qui traitent des bulles massives.

10:43 Nous connaissons tous le miracle chinois. C'est l'expression du marché boursier d'une énorme bulle, un facteur de trois, 300 % en seulement quelques années. En septembre 2007, j'ai été invité comme conférencier principal à la conférence de management d'un fonds spéculatif macro et j'ai présenté à la conférence une prédiction qu'à la fin de 2007, cette bulle changerait de régime. Il pourrait y avoir un krach. Certainement pas durable. Maintenant, comment croyez-vous que les managers du macro fonds spéculatif très intelligents, très motivés, très éclairés ont réagi à cette prédiction ? Vous savez, ils avaient gagné des milliards rien qu'en surfant sur cette bulle jusque là. Ils m'ont dit, "Didier, oui, il se pourrait que le marché soit surévalué, mais vous oubliez quelque chose. Il y a les Jeux olympiques de Beijing bientôt en août 2008, et il est très clair que le gouvernement chinois contrôle l'économie et fait ce qu'il faut pour également éviter toute vague et contrôler le marché boursier. »

11:53 Trois semaines après ma présentation, les marchés ont perdu 20 % et ont traversé une phase d'instabilité, un bouleversement et une perte de marché totale de 70 % jusqu'à la fin de l'année.

12:05 Alors, comment peut-on avoir si collectivement tort en faisant une erreur de lecture ou en ignorant la science du fait que lorsqu'une instabilité s'est développée, et que le système est mûr, toute perturbation le rend essentiellement impossible à contrôler ?

12:21 Le marché chinois s'est effondré, mais il a rebondi. En 2009, nous avons également identifié que cette nouvelle bulle, plus petite, était insoutenable, donc, nous avons publié encore une prédiction, à l'avance, indiquant qu'en août 2009, le marché corrigerait, ne continuerait pas sur cette voie. Nos critiques, en lisant la prédiction, ont dit, « Non, ce n'est pas possible. Le gouvernement chinois est là. Ils ont appris leur leçon. Ils vont contrôler. Ils veulent bénéficier de la croissance. » Peut-être que ces critiques n'ont pas appris leur leçon précédemment. La crise s'est donc produite. Le marché a corrigé.

13:04 Les mêmes critiques ont alors dit : « Ah, oui, mais vous avez publié votre prédiction. Vous avez influencé le marché. Ce n'était pas une prédiction. »

13:13 Alors peut-être que je suis très puissant. Maintenant, ce qui est intéressant. Ça montre qu'il est essentiellement impossible jusqu'à présent de développer une science de l'économie parce que nous sommes des êtres sensibles qui anticipent et il y a un problème de prophétie qui s'auto-réalisent.

13:31 Donc, nous avons inventé une nouvelle façon de faire des sciences. Nous avons créé l'expérience de bulle financière. L'idée est la suivante. Nous surveillons les marchés. Nous identifions les excès, les bulles. Nous faisons notre travail. Nous écrivons un rapport dans lequel nous mettons notre prédiction du temps critique. Nous ne publions pas le rapport. Il est gardée secret. Mais avec des techniques de cryptage modernes, nous avons un hachage, nous publions une clé publique, et six mois plus tard, nous publions le rapport, et il y a l'authentification. Et tout cela se fait sur une archive internationale afin que nous ne puissions pas être accusés de ne publier que les réussites.

14:17 Permettez-moi de vous taquiner avec une analyse très récente. 17 mai 2013, il y a seulement deux semaines nous avons identifié que le marché boursier des États-Unis était sur une trajectoire non viable et nous avons publié sur notre site Web le 21 mai qu'il y aura un changement de régime. Le lendemain, le marché a commencé à changer de régime. Ce n'est pas un krach. C'est juste le troisième ou quatrième acte d'une bulle massive en devenir. En élargissant la discussion à la taille de la planète, nous voyons la même chose. Où que nous regardions, c'est observable : dans la biosphère, dans l'atmosphère, dans l'océan, montrant ces trajectoires super-exponentielles caractérisant un chemin non durable et annonçant une transition de phase. Ce diagramme sur la droite montre une très belle compilation d'études qui suggère en effet qu'il y a une possibilité d'une transition non linéaire dans les prochaines décennies.

15:17 Il existe donc des bulles partout. D'un côté, c'est excitant pour moi, comme un professeur qui poursuit les bulles et tue les dragons, comme m'ont parfois appelé les médias.

15:30 Mais pouvons-nous vraiment tuer les dragons ? Très récemment, avec des collaborateurs, nous avons étudié un système dynamique où on voit le roi-dragon comme ces grandes boucles et nous avons été en mesure d'appliquer des petites perturbations aux bons moments qui ont supprimé ces dragons, lorsque le contrôle est activé.

15:50 « Gouverner, c'est prévoir. » Gouverner, c'est l'art de la planification et de la prévision. Mais n'est-ce pas vrai que c'est sans doute une des plus grandes lacunes de l'humanité, qui a la responsabilité d'orienter nos sociétés et notre planète vers la durabilité face à des défis et des crises croissants ?

16:16 Mais la théorie du roi-dragon donne de l'espoir. Nous apprenons que la plupart des systèmes ont des poches de prévisibilité. Il est possible de développer des diagnostics des crises d'avance afin que nous puissions être prêts, nous pouvons prendre des mesures, nous pouvons prendre des responsabilités, pour que plus jamais des extrêmes et des crises, comme la grande récession ou la crise européenne nous prenne par surprise.

16:46 Merci.

16:48 (Applaudissements)