Return to the talk Return to talk

Transcript

Select language

Translated by Alexia Ostrolenk
Reviewed by Elisabeth Buffard

0:11 Je suis spécialiste du cerveau, et en tant que spécialiste, je m'intéresse à la manière dont le cerveau apprend, et plus particulièrement à la possibilité de rendre nos cerveaux plus vifs, plus rapides, et plus efficaces.

0:25 C'est dans ce contexte que je vais vous parler des jeux vidéo. Quand nous parlons de 'jeux vidéo', la plupart d'entre vous pense aux enfants. C'est vrai. 90% des enfants jouent aux jeux vidéo. Mais soyons honnête. Quand les enfants sont couchés, qui est devant la PlayStation ? La plupart d'entre vous. L'âge moyen d'un joueur est 33 ans, pas 8 ans, et en réalité, si nous regardons les prévisions démographiques sur les jeux vidéo, les joueurs de demain sont des adultes plus âgés. (Rires)

1:04 Les jeux vidéos sont donc omniprésents dans notre société. Ce n'est clairement pas parti pour changer. Ils ont un impact incroyable sur nos vies quotidiennes. Regardez ces statistiques fournies par Activision. Un mois après la sortie du jeu "Call of Duty : Black Ops", il a été joué pendant 68,000 années dans le monde entier. Est-ce que vous vous plaindriez s'il s'agissait de faire de l'algèbre linéaire ?

1:38 Ce que nous nous demandons au labo est : comment pouvons-nous influencer ce pouvoir ? Je voudrais prendre un peu de recul. Je sais que la plupart d'entre vous êtes probablement déjà rentrés chez vous pour trouver vos enfants en train de jouer à ce genre de jeux. (Bruits de tirs) Le but du jeu est d'attraper vos ennemis zombies méchants avant qu'ils ne vous attrapent, OK ? Et je suis presque sûre que beaucoup d'entre vous ont pensé : "Oh allez, tu ne pourrais pas faire quelque chose de plus intelligent que de tirer sur des zombies ?" Je voudrais que vous transposiez ce genre de réaction réflexe dans le contexte de ce que vous auriez pensé si vous aviez trouvé votre fille en train de faire un sudoku ou votre fils en train de lire Shakespeare. OK ? La plupart des parents trouveraient ça génial. Bon, je ne vais pas vous dire que jouer aux jeux vidéo continuellement est bon pour la santé. Ce n'est pas bon, et les excès ne sont jamais bons. Mais je vais affirmer qu'en doses raisonnables, le jeu même que je vous ai montré au début, ces jeux de tirs remplis d'action ont des effets assez forts et positifs sur bien des aspects de notre comportement.

2:54 Pas une semaine ne passe sans qu'on ne voie un gros titre dans les médias arguant que les jeux vidéo sont bons ou mauvais, n'est-ce pas ? Vous êtes tous bombardés avec ça. J'aimerais mettre de côté ce genre de discussion de bar du vendredi soir et vous amener réellement au laboratoire. Au labo, nous mesurons directement, de façon quantitative, l'impact des jeux vidéo sur le cerveau. Je vais donc prendre quelques exemples de notre travail.

3:25 Vous avez sûrement tous entendu dire que trop de temps passé devant les écrans abîme la vue. C'est une affirmation sur la vision. Il y a peut-être des spécialistes de la vision parmi vous. Nous savons en fait comment tester cette affirmation. Nous pouvons aller au labo et mesurer la qualité de la vision. Et, devinez quoi ? Les gens qui jouent peu à des jeux d'action, qui passent peu de temps devant les écrans, ont une vision normale, ou ce que nous appelons une vision 'corrigée à normale'. D'accord. La question est de savoir ce qui se passe avec ces personnes qui s'adonnent aux jeux vidéo disons cinq heures par semaine, 10 heures par semaine, 15 heures par semaine. D'après cette affirmation, leur vue devrait être très mauvaise, n'est-ce pas ? Devinez quoi ? Leur vue est très, très bonne. Meilleure que celle de ceux qui ne jouent pas. Et meilleure sur deux aspects. Le premier est qu'ils sont capables d'identifier de petits détails au milieu du désordre, et donc de lire les petits caractères sur une ordonnance plutôt qu'utiliser une loupe, à l'oeil nu. L'autre aspect sur lequel ils sont meilleurs est qu'ils peuvent distinguer plusieurs niveaux de gris. Imaginez que vous conduisez dans le brouillard. Ça fait la différence entre voir la voiture devant vous et éviter l'accident, ou avoir un accident. Donc nous sommes en fait en train de tirer parti de ce travail pour développer des jeux pour les patients qui ont une mauvaise vue, et pour avoir un impact sur la réorientation de leur cerveau pour voir mieux. Clairement, quand il s'agit de jeux vidéo d'action, le temps passé devant l'écran ne diminue pas la vue.

5:04 Une autre idée reçue que vous avez sûrement déjà entendue : Les jeux vidéo entraînent des déficits d'attention et de concentration. Bon, on sait comment mesurer l'attention en labo. Je vais vous donner un exemple de comment on le fait. Je vais vous demander de participer, donc vous allez devoir vraiment jouer le jeu avec moi. Je vais vous montrer des mots colorés. Je veux que vous criiez la couleur de l'écriture. D'accord ? Donc voici le premier exemple. ["Chaise"] Orange, bien. ["Table"] Vert. ["Tableau"] Public : "Rouge". Daphné Bavelier : Rouge. ["Cheval"] DB : Jaune. Public : Jaune. ["Jaune"] DB : Rouge. Public : Jaune. ["Bleu"] DB : Jaune. Bon, vous voyez où je veux en venir ? (Rires) Vous vous améliorez, mais c'est difficile. Pourquoi ? Parce que j'ai introduit un conflit entre le mot lui-même et sa couleur. Votre niveau d'attention détermine la rapidité avec laquelle vous allez résoudre ce conflit, donc ces jeunes garçons au sommet de leur jeu ont probablement été un peu meilleurs que certains d'entre nous qui sommes plus vieux. Ce que nous pouvons montrer est qu'en faisant ce genre de tâche avec des personnes qui jouent beaucoup aux jeux vidéo d'action, ils résolvent ce conflit plus rapidement. Donc clairement, ces jeux d'action n'entraînent pas de problèmes d'attention.

6:24 En fait, ces joueurs de jeux d'action ont bien d'autres avantages en termes d'attention, et un autre aspect de l'attention qui est aussi amélioré est notre capacité à suivre les objets dans l'environnement. C'est une chose que nous utilisons tout le temps. Quand vous conduisez, vous suivez des yeux les voitures autour de vous pour ne pas les perdre de vue. Vous suivez aussi les piétons, le chien qui court, et c'est comme ça que vous conduisez en sécurité, n'est-ce pas ?

6:48 Au labo, nous faisons venir des gens au labo, nous les faisons s'asseoir devant un écran d'ordinateur, et nous leur donnons de petites tâches que je vais vous faire faire aussi. Vous allez voir des visages jaunes heureux et quelques visages bleus tristes. Ce sont des enfants dans la cour de l'école à Genève pendant la récréation en hiver. La plupart des enfants sont heureux. C'est la récréation. Mais quelques enfants sont tristes et bleus parce qu'ils ont oublié leur manteau. Tout le monde commence à bouger dans tous les sens, et votre tâche est de suivre qui avait un manteau au début et qui n'en avait pas. Je vais juste vous montrer un exemple avec un seul enfant triste. C'est facile parce que vous pouvez vraiment le suivre des yeux. Vous le suivez, vous le suivez, et puis quand il s'arrête, et qu'il y a un point d'interrogation, je vous demande : cet enfant avait-il un manteau ou pas ? Etait-il jaune ou bleu au début ? J'entends quelques "jaune". Bien. La plupart d'entre vous avez donc un cerveau. (Rires) Je vais maintenant vous demander d'exécuter la tâche, mais une tâche un peu plus difficile. Il y en aura trois qui seront bleus maintenant. Ne bougez pas les yeux. S'il vous plait ne bougez pas les yeux. Gardez les yeux fixes et élargissez, tirez votre attention. C'est la seule façon d'y arriver. Si vous bougez les yeux, vous êtes condamnés. Jaune ou bleu ? Public : Jaune. DB : Bien. Donc vous êtes des adultes normaux typiques qui peuvent étendre leur attention à 3 ou 4 objets. C'est ce que nous venons de faire. Un joueur de jeux vidéo d'action peut étendre son attention à 6 à 7 objets, ce qu'on peut voir dans cette vidéo. C'est pour vous, les joueurs de jeux d'action. Légèrement plus difficile, hein ? (Rires) Jaune ou bleu ? Bleu. Nous avons des gens très sérieux ici. Oui. (Rires)

8:29 Bien. Donc de la même façon que nous voyons les effets des jeux vidéo sur le comportement des gens, nous pouvons utiliser l'imagerie cérébrale et observer l'impact des jeux vidéo sur le cerveau, et nous trouvons de nombreux changements, mais les principaux changements sont en fait sur les réseaux cérébraux qui contrôlent l'attention. Une partie est le cortex pariétal qui est bien connu pour contrôler l'orientation de l'attention. L'autre est le lobe frontal, qui contrôle comment nous maintenons notre attention, et une autre est le cortex cingulaire antérieur, qui contrôle comment nous affectons et régulons notre attention et résolvons le conflit. Maintenant, quand nous faisons de l'imagerie cérébrale, nous trouvons que ces trois réseaux sont en fait bien plus efficaces chez les gens qui jouent aux jeux d'action.

9:15 Cela me mène à une autre découverte assez contre-intuitive dans la littérature sur la technologie et le cerveau. Nous connaissons tous le traitement multitâche. Vous êtes tous coupables de multitâche quand vous conduisez et que vous répondez au téléphone. Mauvaise idée. Très mauvaise idée. Pourquoi ? Parce que lorsque votre attention se porte sur votre téléphone portable, vous perdez la capacité à réagir rapidement à la voiture qui tombe en panne devant vous, et donc il est bien plus probable que vous soyez impliqué dans un accident de voiture. Nous pouvons mesurer ce genre d'aptitudes au labo. Nous ne demandons évidemment pas aux gens de conduire pour voir combien d'accident de voiture ils ont. Ce serait une option un petit peu coûteuse. Mais nous concevons des tâches sur ordinateur qui permettent de mesurer, à la milliseconde près, leur aptitude à passer d'une tâche à une autre. En faisant ça, nous trouvons en fait que les gens qui jouent beaucoup aux jeux d'action sont très, très bons. Ils passent de l'une à l'autre très rapidement. Ça leur coûte très peu.

10:19 J'aimerais maintenant que vous gardiez ce résultat en mémoire, et le mettiez dans le contexte d'un autre groupe d'usagers de la technologie, un groupe bien plus admiré par la société, ceux qui pratiquent le multitâche multimédia. Qu'est ce que le multitâche multimédia ? C'est le fait que la plupart d'entre nous, la plupart de nos enfants, écoutent de la musique en même temps qu'ils font une recherche sur le web tout en chattant avec leurs amis sur Facebook. Voilà ce qu'est une personne multitâche multimédia. Il y a eu une première étude faite par des collègues à Stanford et que nous avons répliquée, qui a montré que ces personnes identifiées comme très multitâche-multimédia sont absolument épouvantables au traitement multitâche. Quand on les mesure au labo, elles sont très mauvaises.

11:05 OK ? Donc ce genre de résultats prouve vraiment deux choses. La première est que tous les médias ne naissent pas égaux. On ne peut pas comparer l'effet du multitâche multimédia aux effets des jeux vidéo d'action. Ils ont des effets totalement différents sur différents aspects de la cognition, de la perception et de l'attention. Même au sein des jeux vidéo, je vous parle maintenant de ces jeux vidéo pleins d'action. D'autres jeux vidéo ont d'autres effets sur le cerveau. Nous devons donc vraiment aller au labo et mesurer vraiment l'effet de chaque jeu vidéo.

11:40 L'autre leçon à tirer est que la sagesse collective n'a pas de valeur. Je vous l'ai déjà montré, par exemple nous avons observé le fait que malgré beaucoup de temps devant l'écran, ces joueurs de jeux d'action avaient une très bonne vue, etc. Ici, ce qui était vraiment saisissant est que ces étudiants qui disent pratiquer beaucoup le multitâche multimédia étaient convaincus d'avoir très bien réussi le test. Alors on leur montre leurs données, on leur montre qu'ils sont mauvais et ils disent "Pas possible". Vous savez, ils ont ce sentiment profond que, vraiment, ils sont très, très bons. C'est un autre argument qui montre que nous devons mettre les pieds au labo et vraiment mesurer l'impact de la technologie sur le cerveau.

12:21 Dans un sens, quand nous pensons à l'effet des jeux vidéo sur le cerveau, c'est très similaire à l'effet du vin sur la santé. Il y a de très mauvaises façons de consommer du vin. Il y a de très mauvaise façons d'utiliser les jeux vidéo. Mais, consommé avec modération, au bon âge, le vin peut être très bon pour la santé. Il y a en fait des molécules spécifiques qui ont été identifiées dans le vin rouge comme augmentant l'espérance de vie. Donc c'est la même façon, comme ces jeux vidéo d'action ont certains ingrédients qui sont vraiment très puissants pour la plasticité cérébrale, l'apprentissage, l'attention, la vision, etc., et donc nous devons et nous travaillons sur la compréhension de quels sont ces ingrédients actifs, de façon à vraiment pouvoir en tirer parti pour produire des jeux meilleurs, que ce soit pour l'éducation ou la rééducation des patients.

13:18 Maintenant, parce que nous voulons avoir un impact sur l'éducation et la rééducation des patients, nous ne sommes pas vraiment intéressés par comment ceux d'entre vous qui décidez de jouer aux jeux vidéos plusieurs heures de suite réussissent. Je suis bien plus intéressée par prendre l'un d'entre vous au hasard et montrer qu'en le forçant à jouer à un jeu d'action, je peux vraiment améliorer sa vue, que vous vouliez ou non jouer à ce jeu d'action, OK ? C'est le but de la rééducation ou de l'éducation. La plupart des enfants ne vont pas à l'école en disant : "Super, deux heures de maths !"

13:52 Donc c'est vraiment là la clef de notre recherche, et pour faire ça, nous devons aller une étape plus loin. Et cette étape est de faire des études avec entraînement. Donc laissez-moi illustrer cette étape par une tâche qu'on appelle rotation mentale. La rotation mentale est une tâche où je vais vous demander, et vous allez à nouveau exécuter la tâche, de regarder cette forme. Etudiez-la, c'est une forme cible, et je vais vous présenter quatre formes différentes. Une de ces quatre formes est une version tournée de la première forme. Je voudrais que vous me disiez laquelle : la première, la deuxième, la troisième ou la quatrième ? D'accord, je vais vous aider. La quatrième. Encore une. Mettez vos cerveaux en marche. Allez. Voici notre forme cible. Troisième. Bravo ! C'est dur, hein ? La raison pour laquelle je vous ai demandé de faire ça est pour que vous sentiez vraiment votre cerveau se plaindre, OK ? Ce n'est pas vraiment pareil que de jouer à des jeux d'action idiots.

14:57 En fait, ce que nous faisons dans ces études avec entraînement c'est que les gens viennent au labo, ils exécutent des tâches comme celle-ci, puis nous les forçons à jouer à des jeux d'action pendant 10 heures. Ils ne jouent pas 10 heures d'affilée aux jeux d'action. Ils font des entraînements étalés, des petites sessions de 40 minutes pendant plusieurs jours sur une période de deux semaines. Puis, une fois qu'ils ont fini l'entraînement, ils reviennent quelques jours après et sont à nouveau testés sur le même type de tâche de rotation mentale. C'est le travail d'un collègue à Toronto. Ce qu'il a démontré est que, au début, vous savez, les sujets ont une performance qui correspond à ce qu'on attend pour leur âge. Après deux semaines d'entraînement aux jeux d'action, ils sont en fait meilleurs, et cette amélioration est toujours là 5 mois après l'entraînement. C'est vraiment, vraiment important. Pourquoi ? Parce que je vous ai dit que nous voulons utiliser ces jeux pour l'éducation ou la rééducation. Nous avons besoin d'effets qui durent à long terme.

15:57 Maintenant, à ce stade, beaucoup d'entre vous se demandent probablement, bon, qu'est-ce que vous attendez pour mettre sur le marché un jeu qui serait bon pour l'attention de ma grand-mère et qui lui plairait vraiment, ou un jeu qui serait bon pour rééduquer la vision de mon petit-fils atteint d'amblyopie, par exemple ?

16:15 Et bien, nous y travaillons, mais il y a un problème. Certains neuroscientifiques comme moi commencent à comprendre quels sont les bons ingrédients dans les jeux pour produire des effets positifs, et c'est ce que je vais appeler le côté brocoli de l'équation. Il y a une industrie du logiciel de divertissement qui est extrêmement habile pour produire des produits attirants auxquels vous ne pouvez résister. C'est le côté chocolat de l'équation. Le but est de joindre les deux, et c'est un peu comme avec la nourriture. Qui voudrait vraiment manger du brocoli couvert de chocolat ? Personne. (Rires) Et vous avez probablement déjà eu ce sentiment, en jouant à un jeu éducatif et pensant un peu, humm, vous savez, c'est pas vraiment amusant, c'est pas vraiment attirant. Donc ce dont nous avons besoin c'est une toute nouvelle marque de chocolat, une marque de chocolat qui serait irrésistible, à laquelle vous voulez vraiment jouer, mais qui a tous les ingrédients, les bons ingrédients qui sont extraits des brocolis que vous ne pouvez pas reconnaitre mais qui agissent toujours sur vos cerveaux. Et nous y travaillons, mais pour ça il faut que les neuroscientifiques s'unissent, les gens qui travaillent dans l'industrie du logiciel de divertissement, et les éditeurs, et ce ne sont pas des gens qui se rencontrent tous les jours d'habitude, mais c'est faisable, et nous sommes sur la bonne voie. Je voudrais vous laisser sur cette pensée, et merci pour votre attention. (Applaudissements) (Applaudissements)