This conversation is closed.

[FRENCH] Un tiers de la production alimentaire est perdu ou gaspillé. Comment changer nos habitudes de consommation?

Le tiers des aliments produits chaque année dans le monde pour la consommation humaine, soit environ 1,3 milliard de tonnes, est perdu ou gaspillé, selon un rapport préparé par la FAO à la demande de l'Institut suédois pour l'alimentation et la biotechnologie (voir http://www.fao.org/news/story/fr/item/74192/icode/).

L'étude cite plusieurs causes, à plusieurs niveaus. Je voudrais me concentrer sur ce que nous pouvons (ou devons) faire en tant que consommateurs.
Quelles sont vos idées pour une gestion plus durable de notre gestion alimentaire personnelle, tout en tenant compte des contraintes d'une vie urbanisée?

  • Jun 12 2011: Cherchez l'argent!

    Vous savez qu'une chose prend de la valeur, si elle est rare. Alors pourquoi s'appliquer à rendre tous les aliments accessibles si on peut se faire de l'argent sur le dos du Peuple. Ce n'est pas un gaspillage accidentel, c'est un logique systémique. Je me retiens de vomir en l'écrivant mais c'est vrai. Si je me trompe, je prie le premier venu de me corriger.

    Sinon, que chacun produise ça propre bouffe et les moutons seront bien gardés.
    • thumb
      Jun 13 2011: Les industriels de l'agroalimentaire ne s'amusent pas à détruire les récoltes pour rien.
      Ce qui contribue au gaspillage à leur niveau, ce sont le calibrage des fruits et légumes ou les mauvaises méthodes de conservation.
      On a habitué les consommateurs à un haut niveau d'exigence, ce qui signifie qu'un fruit tordu n'est soit-disant pas vendable.
      Ensuite, dans la distribution, les rayons sont trop remplit, encore une fois pour le consommateurs, qui, on l'as éduqué comme ça, n'achète que lorsque les rayons sont bien garnis. Et l'excédent de nourriture est jeté.
      Et pour finir, la nourriture étant plutôt abordable chez nous, un nombre incroyable de produits sont jetés sans être même ouvert.
      Donc le problème vient du consommateur, ou plutôt de l'éducation qu'il à reçu vis-a-vis de la nourriture.

      Si chacun produisait sa nourriture, ou retournerait au moyen-age. Il y a un talk la-dessus, le fait que chacun soit spécialisé dans son domaine contribue à notre développement collectif, et c'est mieux comme ça.
      • thumb
        Jun 14 2011: Bonjour Nicolas,

        Pourrais-tu inclure un lien vers le talk auquel tu fais référence dans ton post?

        Merci beaucoup pour ta contribution à cette conversation!

        Els
        • thumb
          Jun 14 2011: Je ne sais plus de qui est le talk, il prend l'exemple d'une souris d'ordi. Si on travaillait chacun de notre côté, on ne pourrait jamais en fabriquer, car on ne saurait pas à la fois produire les matières premières, mettre en forme, assembler, ...
          Donc au final, on aurait pu faire aucun progrès.
          Je sais pas si ça permettra à quelqu'un de le retrouver.
      • Jun 14 2011: @Nicolas

        Mais bien sûr, je suis tout à fait d'accord avec toi.
        J'ai peut-être été caricatural dans mon commentaire. Tout ce que je voulais soulever c'est que ce gaspillage provient d'une lente dérive des logiques marchandes, logiques qui ne prennent pas en compte le «droit du consommateur», si on veut, mais plutôt le profil qui ressort en bout de ligne, dans les poches des puissants de ce monde, si je me permet.

        Aussi, quand je dis «chacun», ce n'est un appel à la production locale. Le modèle de tout-le-monde-a-son-jardin-sur-son-balcon, c'est en effet du passé.

        Finalement, j'aimerais critiquer ta conclusion. Tu accuses vraisemblablement le consommateur d'être coupable des dérives susmentionnées. Je te propose d'aborder le problème en sens contraire : Si les gens consomment de manière si «aveugle», c'est que les services offerts 1) les aveuglent, 2) leur apparaissent profitables, lisez : de faible coût. Ainsi, comme chacun bénéficie du système, chacun ferme sa gueule et achète quand même, faisant fi du bon sentiment. Et on ne parlera pas de tous les moyens de communications utilisés. Surtout que notre situation actuelle provient d'un lent glissement, il y a des choses qui se détectent mal.

        En bref, c'est juste pour défendre le «consommateur». Le problème que tu soulèves s'inscrit dans une déliquescence plus large, qu'on peut diagnostiquer. Mais ne demandons pas aux esprits gangrenés de se guérir eux-même. Il faut amputer quelques causes d'erreurs en ce bas monde.
        • thumb
          Jun 14 2011: En fait, ce n'est pas tant les consommateurs que j'accuse mais l'éducation qu'on leur à donnée.
          La plupart des consommateurs sont très influençables et ont été habitués à un style de vie générant de très gros gaspillages, alors ils gaspillent. Mais si des puissances remettent en question ce mode de fonctionnement, alors ça peut changer.
      • thumb
        Jun 14 2011: Je crois que je l'ai trouvé:

        http://www.ted.com/talks/matt_ridley_when_ideas_have_sex.html
        • Jun 14 2011: Wow.

          Si on suit cette logique, pour régler le problème du gaspillage, faut-il augmenter les communications et les échanges d'idées? Alors, la solution c'est quoi?

          D'un côté la mondialisation des échanges nuit à la qualité des aliments, et des biens en général. De l'autre, l'échanges des techniques, comme on vient de le voir sur le "talk" de M. Ridley, permet la croissance de l'intelligence collective. Et si on désire conserver la culture des différentes nations, il faut modérer la «globalisation»... Dilemme intéressant.

          Reste à trouver la solution et à y éduquer les gens ;)
  • thumb
    May 28 2011: Le problème est la production et non la consommation (pour la nourriture!)

    Mon idée: Changer le mode de production.
    • thumb
      May 28 2011: Moi je dirais plutot que c'est la distribution, parce qu'en realite l'ensemble de la planete produit suffisamment pour nourrir tout le monde, mais la distribution ne peut pas se faire a plusieur endroit isoler, mais surtout a mon avis parce que les distributeurs jette les produits de facon economiquement strategique, pour ne pas perdre leur clientele.

      Si les produits non vendu suffisamment rapidement seraient distribuer gratuitement a des oeuvres de chariter, certaines personne recevraient leur nourriture gratuitement et certains n'acheteraient plus leurs produits, ils attendraient qu'ils soient distribuer gratuitement et iraient les cherches pour rien, ca enlevraient plusieurs client et le proceder de distribution gratuite prendrait trop d'ampleur que les distributeur feraient faillite.

      Donc ils jettent la nourriture comme ca personne ne recoit de nourriture gratuite et du coup, certaines personnes meurent de faim et on laisse la tache de chariter aux consommateur qui achete les produits pour ensuite decider de leur libre arbitre de les distribuer a des oeuvres de chariter.

      On sauve le profit des riches et on laisse aux moins riche le role de la chariter.

      Mais bon, tu disais ton idee c'est changer le mode de production.
      Ma question c'est :

      Quels sont les changements que tu voudrais voir etre mis en place ?

      Possiblement autant detailler que possible.
    • thumb
      May 28 2011: ce n'est pas pour la même raison, mais il y a au moins autant de nourriture gâchée dans les pays pauvres que dans les pays riches.
      dans les pays riches, les supermarchés achètent trop de nourriture exprès pour que les rayons soient remplis du matin au soir.
      il serait logique que le soir, les rayons de produits frais tels que la viande ou la boulangerie soient presque vide, mais il n'en est rien, car un rayon vide, c'est déprimant et les gens n'achètent rien. du coup, tout ce qui reste, c'est à dire des rayons entiers partent à la poubelle.
      dans les pays pauvres, les récoltes ne sont pas aussi bien protégées que dans les pays riches. du coup, elles pourrissent dans les silos, sont dévorées par les insectes, ...

      du coup, pour nourrir les pays pauvres, ce n'est pas leur envoyer nos produits périmés qui va changer quelque chose, mais c'est leur donner les outils pour protéger leurs récoltes.
      • thumb
        May 28 2011: Pourtant, Nicolas, personne se s'étonne que le boulanger n'ait plus de pain le soir. Alors pourquoi faudrait-il que le rayon boulangerie du supermarché soit toujours plein?
        • thumb
          May 28 2011: C'est une histoire de psychologie, je ne dis pas que c'est normal.
          Si les ventes baissent drastiquement lorsque le rayon est vide à 25% ou 50% et que dans ce cas, les bénéfices supplémentaires dus à ce sur-remplissage des rayons compensent les pertes dues au gaspillage de la nourriture non achetée, alors économiquement, il vaut mieux remplir les rayons, et c'est ce qui est fait !
          Le point que tu souligne est intéressant. Cependant, en ce qui concerne les boulangeries, ce n'est pas du libre-service comme en supermarché, donc ce ne sont pas les mêmes règles qui s'appliquent.
          Cela dit, si tous les supermarchés se mettaient d'accord pour arrêter ces pratiques, ça rentrerais dans les habitudes et on éviterais un énorme gâchis.
      • May 30 2011: Autant que je sache, le supermarché est très fort dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement et de distribution, e.x, wal-mart. Ça permet un peu d'éviter un pourcentage de gaspillage. Mais du côté de différents acteurs de la chaîne de production-consommation, on a besoin d'une campagne sur une conscience de l'efficacité.
        • thumb
          May 30 2011: Je ne sais pas comment ça se passe au canada, mais en france, tout les produits périssables sont commandés en trop grande quantité pour que les rayons soient pleins en permanence.
          Par exemple, le soir venu, tout le rayon poissonnerie au détail est jeté, et ce n'est pas juste les 2-3 kg de poisson qui restent, mais des dizaines de kg.
  • thumb
    May 25 2011: A mon avis, (mise a part le fait que certaines personnes refechissent 'en avant') ce sera le cout des matieres premieres (dont beaucoup sont non renouvelables) qui vont vite fait redresser l'equilibre. Soit on prevoit ce qui pourait se passer si on faisait ceci ou cela, soit on se fait mordre au derriere quand on fait une betise. Les humains m'etonnent souvent, comme nous ne reflechisons pas aux consequences de nos actes. Il aurait ete facile de prevoir le probleme des sacs en plastiqies. mais nous n'avions pas envie d'y penser. maintenant nous, et les generations futures devront payer pour cet economie de temps et d'effort. J'ai longtemps pensee qu'il n'y a pas vraiement d'economie. tout se paye d'une maniere ou d'une autre.
    Pour le gaspillage de la nourriture nous avons deja du ces dernieres annees faire plus attention, puisque le cout de l'alimentation augemente de beaucoup. Ce n'est que le debut. Bientot, avec le manque d'eau, le manque de production locale, le cout des transports etc, la nourriture va couter tres cher. Alors nous ne la gaspilleront plus!
    • thumb
      May 25 2011: Si les couts augmente, automatiquement les ventes vont baisser et ca va generer encore plus de gaspillage (perte crediter par le fournisseur). Je me rappel d'une journee ou les ble-d'inde qu'on avait recu etaient pas vendable parce que les clients les trouvaient trop petit, les gens les prenaient dans leur main, les regardaient et disaient tous a peu pres la meme chose "bah voyon donc 5 pour 1$ c'est bien trop cher, rgarde comment y sont pas gros, vous les vendrez jamais vos ble-d'inde a ce prix la" pis ils les remettaient dans le ropak, on a jetter au moin 3 gros ropak bien plein parce que l'autre commande arrivait et puis qu'ils etaient un peu plus gros.

      Augmenter les prix sur des produits ca augmente pas le nombre de ventes, sur des produit qui peuvent passer date c'est pratiquement se tirer dans le pied. La plupart des gens comprennent pas que le sol perd de son eau a chaque annee et que la nappe phreatique est de plus en plus loin dans le sol. Ca passe 100 pied par dessus la tete du monde ca.

      C'est pas qu'il faut redresser l'equilibre, il y en a pas d'equilibre. C'est plutot un desequilibre qui doit etre eliminer meme si ca genere un autre desequilibre dans un autre systeme completement different. Imaginez pas que les producteurs aime se retrouver dans le rouge apres une maigre recolte, apprenant que seulement 15% de leur production a rapporter un benefice et qu'ensuite ils doivent rembourser une dette equivalente au 85% qui a ete perdu (jetter deliberement par les vendeurs).

      Je suis sur que les producteurs preferraient savoir que leur produits a ete vendu ou meme donner sans compensation plutot que de devoir retravailler une 2e saison seulement pour rembourser les dettes de la saison precedante.

      Augmenter les prix, ca va seulement agraver le desequilibre (augmenter le nombre d'affamer) tout en augmentant la paye des eboueurs. (qui transporte des milliers de dollar en bouffe, pu du tout mangable).

      Wheres the logic !!??
  • May 24 2011: Le commentaire de Maxime Touzel est très pertinent. Cependant, je crois que c'est une boucle qui s'est formé entre les standards de qualité et l'attente du client.
    Je travail présentement dans un centre pour personne agée privé et répute, et je peux clairement voir ce phénomène tout les jours. On doit maintenir un niveau de qualité supérieur et pour ça, on doit suivre des procédures strictes, mais qui ne prend aucunement en compte de l'environnement. On jette même le plastic et le carton dans les poubelles, aucun compostage, on laisse les fours et autres appareil électro ménager constamment ouvert, donc une grande perte d'énergie. On doit prévenir tout imprévue possible ( un résident qui a faim a X heure ) par un grand gaspillage de nourriture. Cependant, on pourrait croire qu'on aurait qu'a changer ces procédures par un jugement plus critique et environnemental des employés, ce qui ne serait pas utopique, mais le problème réside, d'une grande part, des résidents et de leur famille, qui paie chère pour une qualité soutenu, et ne savent ( ou se foutent, pour la plus part ) des conséquences sur l'environnement fasse a leur demande ( souvent futile ). Exemple. On doit jeter 2 fois par jours les sac de poubelles de chacune des chambres des résidents. S'il y a un kleenex, une bouteille, un gobelet, un bas troué, un morceau de biscuit, on doit immédiatement le jeter. On se retrouve, deux fois par jour, avec un grand sac a ordure remplis de sac a peine remplis pour 68 résidents. On peut croire que c'est inutile. Dans 75% des cas, si on oublie de changer le sac de poubelles, et que le résident reçoit une visite, et qu'il voit quelque chose dans la poubelle, soyez sur qu'elle se plaindra sérieusement, car elles paient pour un service...

    Il faut changer la mentalité. Qu'un service soutenu, que la qualité des soin et de l’hygiène n'ont pas un lien direct avec le gaspillage. On laisse trop de pouvoir à l'apparence et a l'ignorance.
    • thumb
      May 25 2011: Exactement, les gens ignorent comment ca ce passe, a quelle echelle ca ce passe. Si tout le monde le savait ca ferait un scandale, mais les scandaliser seraient ceux qui ne paye pas pour ce service la justement, pendant que ceux qui paye pour ce service la trouveraient que c'est juste normal vu qu'ils payent pour ca.

      Trop de pouvoir a l'apparence et trop d'ignorance, c'est en plein ca, avec plus ou moin de "je m'en fou tu" du monde en general, on dirait que aujourd'hui les gens se sentent pas concerner de rien, je dis si ca ce savait ca ferait scandal, ca aurait fait scandal en 2002 ou 2003 mais la tout de suite, personne se sentirait concerner par le gaspillage peu importe son origine, c'est a peine si un deverssement massif de petrole ou une crise nucleaire attire l'attention de la population, les gens commencent a etre tanner des problemes a grande echelle.

      C'est dommage parce que ca reglera rien de les ignorer, trop de pouvoir a l'ignorance, on ignore un probleme, pu de probleme, byebye... En vrai ca marche pas facile dememe. Mais c'est quand y va etre trop tard que les masses vont comprendre on dirait. Y faut que le probleme les touche directement, tout de suite, pour tout le temps, pour que ca derange maintenant.

      Il y a tout plein de solution ; mais ca coute trop cher, ca serait trop long, ca marchera jamais. Plein de defaite sans jamais avoir essayer une solution, les gens sont comique pareil. Apres ca braille quand les problemes les touchent directement mais bien souvent y restent aveugler par leurs illusions jusqu'a la derniere minute quand il est trop tard. Et souvent ca va se moquer de ceux qui ose parler de solution avant les probleme parce que pour eux y'en a jamais eux de probleme, ca nous touche pas nous autre les probleme du reste du monde.

      Watch out parce que un jour ca va peut-etre etre notre tour, mais personne croit ca tant que c'est pas passer au nouvelles.

      Go Figure
      • May 27 2011: Je crois que tu es sur un très mauvais site pour être pessimiste, cependant, car ce site n'existerait pas s'il n'y aurait aucun espoir. Ce n'est pas utopique.
        • thumb
          May 28 2011: Mais non, mon pessimisme est en fait une forme d'ironie. J'ai juste mal choisi mes mots pour m'exprimer c'est ca que ca veut dire. C'est pas vraiment grave puisque des solutions existent, suffit juste de les mettre en place peu importe les couts, peu importe l'effort que ca va prendre ou le temps que ca va prendre. On va quand meme reussir un jour a balayer le systeme actuel et mettre un vrai "bon" systeme en place.

          Si y faut passer par crise economique catastrophique avant que ca arrive, alors soit. On va passer au travers et ensuite on pourra implanter les changements necessaires a l'application d'un systeme stable, qui ne possedera pas un chateau de cartes comme fondation primaire (credit).

          Parce que voyez vous, notre systeme actuel est obliger de s'agrandir continuellement sans tenir compte du fait que l'environement dans lequel il grandit est limite. Les dettes forcent les entreprises a grandir pour rembourser des dettes qui sont de plus en plus grosses, en produisant de plus en plus. Ce sont les dettes qui motive le travail, qui force la main d'oeuvre a continuer, mais l'interet des dettes n'est pas presente dans le systeme, donc il est impossible de rembourser toutes les dettes, meme si on vendait tout au complet, on aurait pas encore fini de rembourser les dettes, a cause des interets.

          C'est pour ca que notre systeme actuel est deficient, il est batit sur un chateau de cartes qui s'effondre si jamais on arrive plus a l'agrandir (rembourser), mais les regles de depart n'ont pas pris en compte le fait que le dit "jeu de cartes" est limite.

          Alors on a un choix a faire, ou bien on continu a exploiter la terre sans relache et destabiliser les eco-systeme jusqu'a ce qu'on en souffre directement, ou bien on reforme tout l'ensemble de notre systeme social, economique, politique, juridique,, you name it.

          Whatever it is that we have to do, still it must be done, whatever the sacrifices are, they still are needed in order to save the world.

          Change sins to virtues
  • thumb
    May 22 2011: Els,

    J'ai l'impression que ce projet vous intéressera:

    http://www.thepeoplessupermarket.org/
    http://www.channel4.com/programmes/the-peoples-supermarket

    La série sur le canal de télé anglais Channel4, si vous en aurez l'access, explore ce sujet dans des détails...
  • Comment deleted

  • thumb
    May 18 2011: J'ai lu cet histoire dans la gazette aussi...

    Je pense que perte d’énergie est inévitable, mais qu'un tiers est une grande.... opportunité.
    ça veut dire qu'on peut identifier les locations de perte, et voir si on peut les ramasser pour faire du bio-gaz, pour nourrir des plantes, champignons, insectes ou autres animaux (comme l'homme)...
    Tout ce déchets peuvent donc rentrer dans le système...
    Et je vois clairement qu'on as encore des opportunités d'augmenter l’efficacité des systèmes déjà existante...
  • thumb
    May 17 2011: En fait, c'est surtout les commercants qui jette les produits au poubelles. Plusieurs milliers de dollar de produits par jour par supermarches est jette aux ordures, comptabiliser en "perte" et puis assumer et crediter par les fournisseurs.

    C'est pas seulement les consommateurs qui sont en tord, c'est surtout les commercants.

    C'est eux qui doivent changer leurs methodes, arreter de jetter la nourriture aux ordures et plutot l'envoyer a des organismes a but non lucratifs pour la distribuer avant que les produits ne soit plus bons.

    J'ai deja travailler dans un epicerie et une journee j'ai du jetter pour pres de 800$ de petit gateaux en special a 50 cent, faites le calcul, tout ca a ete crediter au magasin par le fournisseur. Mais chaque semaine on jettait quand meme pour au moin 3000$ de pain, je ne peux pas dire combien les autre departements jettaient, mais le compacteur a dechet etait souvent plein.

    Moi je crois que c'est les commercant qui doivent changer leur habitudes, pas les consommateurs. Si quelque chose est pour etre jetter, faudrait evaluer si c'est encore bon, si oui, l'envoyer a un oeuvre de chariter, pour distribuer le produit. Mais les commercant jette pour ne pas faire faillite. Ca ne fait absolument aucun sens, on jette la nourriture pour que personne ne puisse la consommer et forcer les gens a acheter, sinon a mourrir de faim.

    Belle mentalite, right ?
    • thumb
      May 17 2011: Bonsoir Maxime,

      Tu as raison que les consommateurs ne sont pas les seuls à jeter de la nourriture. Probablement, ce ne sont même pas ceux qui jettent le plus de nourriture. Il est clair qu'il faut agir à plusieurs niveaux.

      Comme je ne suis pas commerçante moi-même, je suis à la recherche de ce que je peux faire, moi, pour contribuer à la solution. Pour l'instant, j'essaye de faire des choses très simples.

      Un petit exemple. Plutôt de décider de préparer un repas à partir d'une recette, ensuite d'aller d'acheter tous les ingrédients et puis de constater que j'ai acheté des choses qui se trouvaient déjà dans mon frigo, j'essaie de vérifier d'abord ce qui se trouve dans mon frigo et puis de trouver une recette à faire avec ce que j'avais déjà.

      Ce n'est pas toujours évident. Si on travaille à deux et qu'on n'a pas le temps de tout vérifier le matin, c'est tellement plus facile de vite passer au supermarché après le boulot pour acheter tout ce qu'il faut pour faire ce qu'on a en tête.

      Autre exemple. Comme ma famille tendance à jeter beaucoup de pain (après un jour, il est jugé trop dur), j'ai cherché des recettes à base de "vieux pain". Il y en a de très bonnes.

      Bref, c'est une autre façon de faire ses courses et de cuisiner, dont nous avons (moi en tout cas) un peu perdu les secrets, je crois.
    • thumb
      May 18 2011: Salut Maxime et Els,

      C'est vrai que les commerçants jettent beaucoup de nourriture et, souvent, sous des prétextes ignobles. Cependant, je suis d'accord avec Els; on peut faire beaucoup de choses pour sauvegarder la nourriture à la maison.

      Le vieux pain et fruit sont les premiers à être gaspillés dans ma maison. On a commencé à trancher le vieux pain en fines tranches et à les griller dans le four. On les mange avec du fromage, etc. pour déjeuner ou pour dîner au soir. On les peut garder pour qelques jours. On peut faire des crôutons pour manger avec la soupe. On peut aussi le râper et l'utiliser pour paner la viande, le poisson, les champignons, etc.

      Jamie Oliver(Le chef) dit qu'on peut râper aussi le fromage qui a devenu dur et le garder au congélateur à fin de l"utiliser quand on fait des spaguetti, etc.

      Bon, j'ai déjà faim seulement de parler de ça!

      En résume, il y a beaucoup de recettes à base de nourriture qu'on ne considère pas bonne.

      J'ai trouvé une vidéo qui , à mon avis, exprime très bien le besoin de prendre conscience de cette situation: http://youtu.be/anp4zcjFrAE

      Els, tu n'es pas seule :)
  • thumb
    May 17 2011: Salut Els,

    Je ne m'exprime pas bien en Français, mais je voulais te dire de toutes façons que je trouve ta question très importante.
    Bien que je n'aie pas encore une réponse qui puisse aider, en lisant ta question j'ai pensé à comment je gaspille quelque fois la nourriture .

    Peut-être on pourrait commencer par être conscient du gaspillement, vraiment conscient.
    • thumb
      May 17 2011: Bonsoir Helena,

      En effet, tout commence par la prise de conscience. C'est ce que le rapport du FAO a fait pour moi. OK, je sais que je ne peux pas résoudre le problème toute seule, mais je crois que je peux et je dois y réfléchir. Et c'est plus agréable de le faire en compagnie ;-).

      Els